intimacy 2549258 1920 - Mon histoire avec le No Bra

Mon histoire avec le No Bra

Boobs, boobies, paire de meules, pouet pouet camion, nibards, loches.

Cet magnifique attribut féminin que sont les seins. Assez tabou, pour la plupart, on est choqué de croiser mamie en topless sur les plages de Côte d’Azur. Les FEMENS, célèbre groupe féministe d’origine ukrainienne, sont connus de tous pour exposer leurs poitrines comme signe de revendication. Ça montre que bah montrer ses seins, marque les esprits. 

Aucune photo de mes seins par ici, je suis navrée (oupas d’ailleurs). Mais je vais vous en parler en long et en large, et de mon histoire avec le No Bra.

ALORS C’EST QUOI  ?

« Bra » en anglais signifiant soutien-gorge et « No » en anglais marque la négation. On est donc sur de la révolte contre le soutien-gorge et de laisser libre comme l’air ses seins  #FREETHENIPLES (ou #liberezlestetons, ce qui est bien plus drôle d’ailleurs). Logiquement chacune est libre de choisir. 

Le port du soutien-gorge est devenu un phénomène sociétal. C’est un automatisme pour tous. Le passage de l’enfant à la pseudo-femme.

On arrive vite à l’âge un peu gênant qu’est le début de la puberté. Tétons qui pointent un peu mais on peut pas appeler ça des seins et poils qui poussent mais Maman ne veux pas que tu y touches. joiejoiejoie. Et là, arrive le moment de ton introduction dans le monde de la lingerie féminine. 

Et autant vous dire que personnellement j’étais IM-PA-TIENTE. C’étais LE symbole de la féminité. Puis il en existe une multitude : corbeille, push-up, triangle, armature ou sans, coques ou sans, rembourré ou non, dentelle, frou-frou … Du modèle le plus basique à celui le plus détaillé. Ça peut être très sexy aussi.  Faut que ça soit beau, que ça fasse les seins bien ronds …. 

 

green 2567646 1920 - Mon histoire avec le No Bra

Je suis passée par tout les modèles qui puissent exister. Comme beaucoup de Françaises, j’en ai claquais du blé la dedans. Puis j’ai remarqué que j’avais souvent mal. Les bretelles qui me lassèrent l’épaule, les rougeurs .

Et puis ma question fut simple : 

POURQUOI ON PORTE DES SOUTIFS DÉJA ?

C’est une très vieille invention française qui a permis de libérer les femmes des corsets. Une chose est sûre, le soutien de la poitrine, peu importe l’ustensile, est vieux comme le monde.

 Le mythe dit :

« Point de soutien gorge tu ne porteras, plus ta poitrine s’affaissera « 

Ce qui est assez drôle, c’est que on nous martèle le crâne avec cette idée-là alors, que le phénomène gant de toilette arrive tout de même et parfois à un âge relativement jeune. C’est une crainte si terrible chez les femmes, le sein qui tombe. 

Alors le soutien-gorge n’est qu’esthétique ?

Le sein naturel se décline sous différentes formes. L’expression d’avoir les seins en poire étant le plus connu. Tout ça pour dire que, le sein n’est pas parfaitement rond comme la forme que leurs donne certains soutien gorge. 

 

annie spratt 553038 unsplash - Mon histoire avec le No Bra

 

Résultat, il n’existe pas de vrai obligation médicale à porter des soutien gorge. Les publications scientifiques sont inexistantes par rapport à ce sujet.

On peux retrouver quelque publications dont celle de Dr. Rouillon qui travaille sur le sein et le sport. 

En m’interessant à son travail j’ai pu en apprendre davantage plus sur le sein et les effets du soutien gorge. La conclusion de ses études est que le soutien gorge est lui même la cause présumée de l’affaissement des seins, des irritations également et d’une mauvaise respiration. Lol la bonne arnaque.

 

MON EXPERIENCE

 

Comme j’ai pu le glisser dans cet article, je commençais à avoir sérieusement mal. Au niveau des épaules, du dessous du sein aussi (emplacement de l’armature). Etant très présente sur Youtube, j’ai fini par voir défiler des vidéos sur le No Bra. Certaines filles avaient une poitrine très imposante et étaient ravie de leur expérience. Partisante du confort avant tout, j’ai foncé tête baissée mais avec quelques appréhensions par rapport aux gens. « Mais Maëva si tu pointes tout le monde va le voir » « On va venir te faire chier« 

J’ai quand même décider de bouder mes soutiens-gorges. Les premières semaines furent douloureuses. Comme quand j’ai mes règles, la poitrine très très sensibles. La sensation a très vite disparu. Je pense que les tissus reprennent une forme naturelle et donc ça fait pas du bien.

Ma respiration est devenu plus ample. Et concernant les seins en eux même, il n’y a pas de grand débat à avoir. Ils se sont renforcés de manière considérable, ils sont bien plus fermes, bien plus « robustes » et j’ai également l’impression d’avoir pris en largeur.

Le problème du travail 

Dorénavant, remettre un soutien-gorge quotidiennement est devenu une plaie. Je me sens étriquée. Comme si j’avais quelque chose en trop. Je le fais de temps à autre quand je m’y sens vraiment contrainte comme au travail.

Le No Bra est jugé non professionnel ? Totalement. 

J’ai fini par accepté les regards indiscrets de mon entourage ou même d’inconnus. Assez déroutant au départ mais on s’y fait.  Mais dans le cadre professionnel, c’est vraiment plus compliqué. 

Afin de me sentir bien et surtout ne pas retrouver ses rougeurs sous mes seins. J’ai opté pour des soutiens gorges sans armatures, sans coques, triangles a.k.a  les bralettes. En plus de trouvé ça terriblement beau, ça m’évite un minima de souffrir tout en cachant légèrement mes mamelons à la vue de tous.

Notamment ceux là ils sont tops  : Girls In Paris 

 

A bientôt 

 

Maëva

 

Sources:

Jeune femme de 22 ans, encore plongé dans ses études. Pétillante de vie, passe ses heures perdues (c'est vraiment le cas de la dire) à partager derrière son clavier à propos des sujets qu'ils l'intéressent
Posts created 26

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :